TOMLOV Microscope DM-202 avec écran 10.1″

Un bon choix pour la soudure de composants CMS ?

Please use the “Translate” button at the bottom right to get this article in English or in another language

Update 13.06.2022 → comparaison entre batterie d’origine et batterie de marque

.P

.

I-.INTRODUCTION.

.

Au fur et à mesure que l’on progresse dans les connaissances en Haute-Fidélité, il devient indispensable de pouvoir réaliser soi-même quelques travaux d’électronique, tel que le soudage et dé-soudage de composants, que ce soit à des fins d’upgrade, de restauration ou d’optimisation.

.

Pour le dé-soudage des composants non CMS (non-SMD parts in English), je suis un inconditionnel des stations électroniques de dé-soudage car je considère  que le gain de temps et de fiabilité par rapport aux autres méthodes (telles que l’utilisation de tresses à dé-souder) rend cette approche infiniment plus efficace et sérieuse; personnellement je ne m’en passerai plus.

J’utilise depuis près de 10 ans une station de dessoudage professionnelle PACE ST-75 dont la fiabilité est absolument exemplaire. En France, un des distributeurs bien connu est la société MJB capable de fournir absolument tous les accessoires et consommables PACE, mais PACE dispose d’un ou de plusieurs distributeurs dans chaque pays:

mais sans aller chercher des modèles résolument professionnels, il existe des tas de stations de dessoudage chinoises à faible coût qui font correctement le travail !

.

Pour le dé-soudage des composants CMS (SMD parts desoldering in English), l’approche est différente, et hormis pour les circuits intégrés que l’on souhaiterait réutiliser après dé-soudage, l’utilisation d’une station à dé-souder n’est pas requise; vous trouverez sur Internet des tas de vidéos expliquant différentes méthodes.

.

Mais (hélas) les appareils récents (moins de 20 ans) utilisent de plus en plus des composants CMS dont la taille minuscule rend le soudage de plus en plus difficile pour l’amateur; certains sont mêmes exclusivement conçus pour être soudés par des entreprises professionnelles et l’équipement requis est réservé aux fabricants de circuits imprimés. C’est par exemple le cas de circuits intégrés en boîtier VFQN-20, de forme carrée, de dimension 5x5mm avec 20 pins, mais qui de plus doit être soudé sur le dessous: mission impossible sauf pour une entreprise.

Exemple d’un circuit intégré en boîtier VQFN-20 dont chaque côté fait seulement 5mm et qui doit de surcroît être soudé par le dessous:

La généralisation de ces composants CMS a malheureusement un impact très négatif pour les passionnés de Hi-Fi comme nous:

  • le soudage de ces composants minuscules est impossible sans disposer d’une assistance oculaire, un microscope par exemple.
  • le remplacement de ces composants au bout de plusieurs années, cas des condensateurs qui vieillissent par exemple, devient un exercice délicat et beaucoup plus incertain qu’avec les composants habituels (dits “through hole”).
  • la course à la miniaturisation a parfois des effets négatifs sur la qualité d’écoute (condensateurs par exemple); mais parfois c’est au contraire bénéfique (ampli-op par exemple)
  • cette course à la miniaturisation s’accompagne souvent de l’utilisation de circuits imprimés avec plus que 2 couches (cas des Wadia dont beaucoup de cartes sont à 4 ou 6 couches), ce qui rend les opérations de restauration plus délicates que sur des circuits à 1 ou 2 couches.

.

Mais que nous soyons pour ou contre n’a aucun intérêt, puisque ceci nous est imposé par les fabricants qui n’ont que faire de la réparabilité de leurs produits, c’est bien connu.

.

La conclusion s’impose d’elle-même: il faut essayer de “se débrouiller” pour pouvoir souder des composants CMS.

Et pour ce faire, il est obligatoire de disposer d’un microscope avant de se lancer dans l’apprentissage de la soudure de tels composants.

.

Il existe plusieurs familles de microscopes, dont notamment:

  • les binoculaires: qui ressemblent aux microscopes que nous connaissons tous, avec 2 oculaires optiques. La plupart du temps ils n’ont pas d’écran et la vision se fait traditionnellement au travers des optiques.
  • les trinoculaires: identiques aux 2 autres mais disposant d’une caméra numérique permettant d’enregistrer/envoyer les images vers un écran. La qualité d’image est en général excellente, en contrepartie d’un tarif et d’un encombrement élevés
  • les microscopes numériques: où l’image est affichée sur un écran solidaire du microscope, lequel ne dispose pas d’oculaires optiques.

Chaque type a ses avantages et inconvénients.

.

Les trinoculaires ont longtemps été mon choix préféré, mais les prix ayant presque doublé ces derniers mois, leur tarif devient élevé pour un amateur. Même sur des plateformes comma AliExpress ou Banggood, les tarifs ont explosé et sont parfois soumis à des taxes douanières en supplément, cause de mauvaise surprises pour de très nombreux acheteurs….

.

La 3ème catégorie, les microscopes numériques, se trouvent à des tarifs plus raisonnables bien que le prix de beaucoup d’entre-eux ait aussi presque doublé cette dernière année, et ils ont aussi l’avantage d’un encombrement moindre.

.

Pour l’amateur qui veut expérimenter la soudure de composants CMS, c’est un choix intéressant; il sera toujours possible d’acquérir un modèle plus cher si vous devenez un habitué de la soudure de CMS… après une longue période d’apprentissage …

C’est dans ce contexte que j’ai donc acquis le microscope numérique TOMLOV DM-202.

.

.

II-LE TOMLOV DM-202 EN DETAIL.

.

Le TOMLOV DM-202 est la version avec écran 10.1″ du DM-201 qui a un écran 7″.

Signalons toute de suite qu’il existe une version avec écran IPS de 10.1″, évidemment plus fidèle en colorimétrie notamment, mais qui n’est pas disponible en Europe: on se demande bien pourquoi !

.

Renseignement pris auprès du support de TOMLOV, il est possible de le commander directement chez TOMLOV mais bien sûr des frais de douane s’appliqueront.

.

Pour ce qui est d’un usage électronique, je ne crois pas qu’une dalle IPS soit nécessaire, la qualité d’image fournie par ce modèle étant suffisante pour la soudure de composants CMS. Si votre usage n’est pas limité à l’électronique mais concerne par exemple l’observation de pièces de monnaie ou d’objet colorés, la dalle IPS sera un plus non négligeable.

.

Enfin, signalons que d’après le Support, la dernière version 1.2.20 du Firmware améliore la qualité d’image: mon exemplaire était déjà équipé de cette dernière version donc je n’ai pas pu juger d’une éventuelle amélioration, mais ce dernier Firmware est téléchargeable sur le site du constructeur ici. Les instructions relatives à son installation sont très claires.

.

II-1.Contenu du package.

.

De quoi est constitué le package du DM-202: vous en trouverez une photographie ci-dessous (la photo est celle du package du DM-201, mais à l’exception de l’écran, les autres éléments sont identiques), ainsi que dans la vidéo que nous mettrons prochainement en ligne sur notre chaîne Youtube:

 

  • la boîte d’emballage, qui protège très bien les éléments
  • l’écran qui est solidaire du microscope proprement dit
  • la base et le pied vertical qui permet d’ajuster la hauteur (et donc le grossissement) du microscope
  • une télécommande quine me paraît pas indispensable mais qui a le mérite d’être fournie
  • une carte mémoire microSD de 32Go permettant d’enregistrer des photos et des vidéos
  • un câble HDMI permettant la sortie vers un autre moniteur et deux câbles USB servant à alimenter les 2 LEDs de la base et à charger la batterie de l’écran
  • une alimentation secteur 5V  2A
  • un chiffon microfibre pour le nettoyage du microscope
  • un mode d’emploi en Anglais et en Allemand (pourquoi l’allemand et pas d’autres langues, nul ne le sait).

.

Globalement, voici mes impressions sur ce contenu:

  • la qualité de fabrication perçue est très bonne: pas de jeu, base stable, positionnement en hauteur précis.
  • le mode d’emploi (en Anglais)  est bien détaillé, très explicatif et clair
  • les câbles fournis sont suffisamment longs pour l’usage
  • la batterie (fournie) servant à alimenter l’écran et le microscope est une 18650 de 2.000mAh, et ça c’est très très bien: ces batteries sont endurantes (on en trouve facilement en 3.800mAh) et ne se déchargent quasiment pas lorsqu’on ne les utilise pas, et sont capables si besoin de débiter des courants importants (ce n’est pas le cas ici); il y a un monde d’écart entre ces 18650 et les accus classiques LR06 que tout le monde connait !
  • la carte microSD de 32Go est d’une capacité suffisante et bien adaptée pour l’usage.

 

II-2.Essai proprement dit du microscope.

Je vous invite à visionner notre vidéo sur notre chaîne YouTube, cela est plus agréable et plus explicatif qu’un long descriptif: https://www.youtube.com/watch?v=LmShNIATvnc

Notez que les sous-titres en anglais sont disponibles sur la vidéo pour nos lecteurs étrangers.

Cette vidéo (1ère partie)  sera complétée par une 2ème partie montrant la soudure de CMS avec ce microscope.

.

Globalement ce Tomlov est satisfaisant, et j’apprécie grandement son utilisation pour mon usage “soudure de CMS”.

.

Parmi les points les plus critiquables, citons:

  • l’enregistrement des fichiers video au format “.mov” et limités à 400ko: si la vidéo dépasse quelques minutes, le Tomlov génère plusieurs fichiers video < 400ko chacun. D’autres fabricants (Adonstar par exemple) génèrent des fichiers au format MP4 et n’ont pas cette limitation → Tomlov : mettez à disposition une nouvelle version du Firmware corrigeant ceci !
  • Aucun son n’est enregistré sur les vidéos: je ne pense pas qu’un nouveau Firmware puisse régler ce problème (sauf s’il y a déjà un micro quelque part dans l’appareil), et c’est un peu gênant lorsqu’on fait des vidéos à des fins de démonstration car il faut rajouter une voix au montage de la vidéo.

.

II-3.Connecteurs arrière.

Pour faciliter la compréhension, voici une photo du panneau arrière regroupant les connecteurs du microscope:

De gauche à droite se trouvent:

  • une sortie mini-HDMI pour envoyer l’image sur un grand moniteur externe
  • un slot microSD pour la carte de 32Go fournie
  • un connecteur USB-C pour charger la batterie du microscope, à partir d’un chargeur 5V de smartphone (fourni)
  • un connecteur USB-2 classique

 

Remarquons un détail important: le logement où rentre la vis de la trappe de la batterie, dispose d’un filetage métal: nous saluons ce choix, gage de longévité.

 

 

II-4.Remplacement de la batterie d’origine.

L’autonomie procurée par l’accumulateur d’origine de 2 000mAh est suffisante mais ne m’a pas paru exceptionnelle.

.

J’ai donc voulu le remplacer par un accumulateur de plus grande capacité, en l’occurrence le réputé LG modèle MJ1 de 3 500mAh, soit 75% de capacité en plus ! Notez que 3 500mAh est une capacité très répandue de nos jours et qu’il y a beaucoup de choix parmi des marques réputées comme LG, SAMSUNG, SONY, etc….

.

Une fois le LG-MJ1 complètement chargé, je l’ai installé dans le microscope TOMLOV DM-202, et là surprise: l’accumulateur d’origine est plus long de 4mm par rapport au LG, 69mm contre 65mm comme le montre la photo ci-dessous:

J’ai eu peur un instant qu’il y ait incompatibilité, mais fort heureusement le ressort situé dans le logement du TOMLOV est suffisamment long pour que ces accus soient compatibles.

 

.II

.

III-CONCLUSION.

.

Il s’agit d’une conclusion provisoire qui sera complétée lorsque nous aurons effectivement soudé des composants CMS avec ce microscope, mais nous pouvons d’ores et déjà nous prononcer sur un bilan positif:

.

Points positifs:

  • Grand écran de 10.1 pouces (orientable),
  • Qualité d’image suffisante pour un usage électronique
  • Bon espace libre entre la carte et l’objectif, pratique pour un usage “soudure”.
  • Qualité de fabrication perçue comme bonne
  • Aucune latence d’affichage
  • Batterie amovible de type 18650: un très bon choix
  • Carte microSD fournie (32Go)
  • Prix encore raisonnable mais attention aux augmentations (+10% en un mois !)
  • Support technique réactif (bien que trop optimiste sur les délais de livraison)
  • Mode d’emploi anglais clair et complet (sauf pour l’usage des connecteurs, mal expliqué)
  • Il est possible de recharger l’accumulateur tout en continuant à utiliser l’appareil

.

Points négatifs:

  • Version avec dalle IPS non disponible en Europe: pourquoi cette discrimination inacceptable ???
  • Les fichiers video sont au format “.mov” et de taille < 400ko: à quand un upgrade du Firmware ???
  • Pas d’enregistrement du son sur les vidéos ! à quand un upgrade du Firmware ???
  • Pas se languettes métalliques permettant de maintenir le circuit imprimé sur la base: on peut contourner ce problème en utilisant la petite tablette montrée dans la vidéo.
  • Pas de bouchon pour protéger l’objectif de la poussière lorsqu’il n’est pas utilisé
  • Pas de house pour protéger l’écran de la poussière lorsqu’il n’est pas utilisé
  • Manuel non disponible en téléchargement sur le site du fabricant: veuillez utiliser ce lien de notre site si vous avez perdu le vôtre.
  • Le chargeur 5V fourni n’a qu’une seule sortie USB, alors que 2 sorties seraient utiles pour simultanément recharger la batterie et disposer de l’éclairage des LEDs latérales pendant qu’on utilise le microscope: heureusement ce type de chargeur à 2 sorties USB ne coûte pas cher.

.

En conclusion, ce Tomlov me plaît beaucoup; l’un des 2 défauts dont il souffre (format d’enregistrement vidéo limité à 400ko) devrait être facilement corrigé par une nouvelle version de Firmware: nous verrons si Tomlov se met au travail sur ce point !

L’autre, l’absence de son sur les vidéos, n’est probablement pas corrigeable par un nouveau Firmware, sauf si un micro est déjà intégré dans l’appareil (je n’en ai pas vu).

.

.

Article écrit par Nounours – Mai 2022