Conrad-Johnson Premier 350 SA

Gant de velours et main de fer …

.

.

I-INTRODUCTION.

.

Une marque MYTHIQUE avec des concepteurs de génie, ça existe ! CONRAD-JOHNSON en fait partie.

.

Au milieu des années 1970, deux économistes – amis et audiophiles sérieux – le Dr. William Conrad et le Dr Lewis Johnson – étaient très insatisfaits de l’équipement disponible dans le commerce et étaient interpelés par les différences sonores facilement discernables entre les composants de leurs propres systèmes.

  • Qu’est-ce qui a rendu ces deux systèmes à lampes classiques si différents?
  • Les vertus de chacun pourraient-elles être en quelque sorte combinées?

.
Non content de spéculer sur de telles questions, Conrad et Johnson ont décidé d’enquêter systématiquement en développant et en perfectionnant un préamplificateur à tube.
Le préamplificateur Conrad-Johnson qui en a résulté a été immédiatement reconnu comme un concurrent de pointe et a propulsé Conrad-Johnson dans l’industrie audio.

.
L’héritage le plus important des débuts de Conrad-Johnson Design est la méthodologie de base qui a pris forme au cours du développement de ce premier préamplificateur.
Cette méthodologie a permis à Conrad-Johnson de développer de nouveaux produits régulièrement classés parmi les plus satisfaisants sur le plan musical. Peu d’autres fabricants ont reçu autant d’éloges…

.

Leur site est désuet mais oh combien charmant : conradjohnson.com

Vous remarquerez immédiatement que leur spécialité c’est le TUBE, et qu’il n’y a que très peu de matériel à transistors dans leur catalogue:

  • Premier 18LS Solid-State Line Stage Preamplifier
  • Premier 350 Solid State Amplifier
  • PF1 Solid State Preamplifier & PF2
  • MF80 & MF200
  • MF2100
  • MF2200
  • MF2300
  • MF2250
  • MF2500
  • MF5600

Nous avons la chance aujourd’hui de tester le 2ème de cette liste: le Conrad-Johnson 350 SA.

.

.

II-PRÉSENTATION DU CONRAD JOHNSON PREMIER 350 SA.

.

Il s’agit de la gamme PREMIER de chez Conrad qui représente le meilleur du savoir-faire du fabricant.

Il s’agit d’un gros amplificateur de 350W sous 8 ohms qui a la particularité d’utiliser des JFET en entrée et des bipolaires en sortie sans contre-réaction !.

Le poids est conséquent avec 38 kg tout de même !

Les composants utilisés sont pour certains de tout premier ordre, avec notamment de nombreuses capacités au polypropylène (PP) “spécifiques” à CJ.

Voici une photo de la face avant :

et une vue de la face arrière :

Intérieur :

.

.

.

III-CONFIGURATION D’ÉCOUTE.

.

Comme toujours, notre protocole de test reste inchangé, avec la configuration que nous utilisons depuis fort longtemps.

Vous disposez ainsi d’une base stable de comparaison entre les différents appareils testés sur Threshold Lovers.

.
.
IV-ÉCOUTE.
.
.
L’écoute a été faite sur le Système de Référence 2, le Metaxas a été retiré.
.
Depuis de nombreuses années, je suis resté sur le Metaxas Solitaire. Il s’agit d’un amplificateur à transistors d’une qualité d’écoute superbe en tous points.
Je n’ai donc pas cherché à le remplacer, mais si une opportunité se présentait avec une autre appareil haut de gamme que je recherche depuis longtemps…
.
J’ai une liste « d’appareils fétiches » pour chaque type : Drives, DACs, préamplis, amplificateurs,…
J’avais écouté le Conrad-Johnson il y a très longtemps chez l’importateur Français dans le sud de Paris, sur une paire d’enceintes Goldmund, un préampli Conrad-Johnson et un lecteur Anglais dont j’ai oublié le nom.
.
C’était très vif et remarquable.
.
J’avais donc déjà une idée de la qualité de cet amplificateur. Un amplificateur d’exception doit avoir plusieurs qualités qu’un amplificateur « simplement haut de gamme » ne peut pas avoir.
.
Rapidité, précision, scène sonore, ampleur, densité sur les notes, justesse des timbres… L’harmonie complète ou pas de tous ces paramètres est ce qui fait le caractère exceptionnel, -ou pas-, d’un appareil.
.
Obtenir cet ensemble est extrêmement difficile: la majorité des constructeurs échouent et arrivent dans le meilleur des cas à  3 paramètres sur 6, voire 4 paramètres sur 6, mais très rarement 6/6 !.
De ce fait un amplificateur d’exception est RARE et CHER.
.
Depuis mes premières écoutes jusqu’à aujourd’hui, j’estime à une quinzaine le nombre d’appareils exceptionnels rencontrés sur cette période de 30 ans !
.
Enfin dernier critère: le prix.
Actuellement j’estime que mettre plus de 15k€ dans un appareil est absurde, mais ce n’est que mon avis.
Comme les appareils que je désire ont souvent au départ un prix très élevé, j’attends de les trouver en occasion… J’ai donc eu l’opportunité d’acheter ce Conrad Johnson !
Celui-ci est un imposant bloc avec une  face dorée. Son transformateur est un monstre et son poids conséquent.
Dès les premières notes, on se rend compte qu’il a un potentiel énorme….
.
Premier constat: ATTENTION, la connectique HP doit être inversée, Rouge sur le Noir et vice versa !.
Deuxième constat: le connecteur secteur est un modèle 20A, donc spécifique.
.
Le son a une justesse assez remarquable. Absolument aucun défaut sur le spectre de 20 Hz à 20 kHz.
Il n’a pas une signature sonore typée “tube” avec les exagérations habituelles que l’on connaît. Il n’est pas non plus trop neutre.
.
Comme toujours avec les appareils exceptionnels, il faut lui associer du matériel  de même niveau pour en tirer le maximum.
La câble secteur (devant obligatoirement être équipé d’un connecteur IEC 20A) est aussi à prendre en compte avec sa section et ses extrémités: si vous vous loupez sur le câble secteur, l’impact sur le résultat sonore sera sans appel…
Après plusieurs semaines d’écoutes, on ne peut rien lui reprocher !!!!
Le seul amplificateur qui selon moi pourrait éventuellement être mis en concurrence est le JMF Audio pourtant bien plus cher.
Si le concepteur est Monsieur McCormack qui a fondé sa propre marque par la suite et bien monsieur BRAVO. Rares sont les amplificateurs ayant autant de qualités.
.
Parmi les plus surprenantes, des fins de notes interminables avec un dégradé harmonique sublime.
Un grave dantesque mais juste et propre, une rapidité à citer en exemple.
La série premier chez CJ a toujours été résolument orientée très haut de gamme, et cela est confirmé sur ce modèle à transistors.
Une référence pour longtemps !
.
.
V-CONCLUSION.
.
Un seul mot pour conclure cet essai : BRAVO.
Cet amplificateur devient une référence dans sa catégorie avec tout de même 350W sous 8 ohms.

Les concurrents sont rares et moins performants, donc foncez !.

 

Points positifs:

  • performances musicales hors normes
  • beauté des timbres
  • puissance maitrisée
  • finesse des fins de notes remarquables

.

Points négatifs:

  • chauffe un peu
  • lourd > 35kg et pas de poignées
  • look banal
  • dissymétrie arrière
  • cordon 20A uniquement

.

.
.
Article écrit par Florent – Novembre 2020