Cambridge CD3

CAMBRIDGE CD3

Le dandy Anglais

 

I-INTRODUCTION.

 

Cambridge est une très ancienne marque Anglaise de matériel audio, créée en 1968 pour être précis !

 

Le site Cambridge Audio (ici en anglais: Cambridge Audio English) nous donne quelques informations intéressantes:

 

« Notre tout premier produit, l’amplificateur intégré P40 est entré dans les livres d’histoire comme le premier amplificateur à utiliser un transformateur torique. 

Ce fut une innovation importante et c’est depuis – en raison de ses performances supérieures – un composant standard dans pratiquement tous les amplificateurs haut de gamme produits par les fabricants.

Ensuite, en 1975 notre amplificateur intégré Classic One a été le premier au monde à présenter des cartes de circuits imprimés multi-couches, et notre CD1 lancé en 1985 a été le premier lecteur de CD en 2 unités du monde, et il a alors été largement reconnu comme le meilleur lecteur disponible. »

 

Même si nous ne partageons pas nécessairement l’avis de Cambridge Audio sur les transformateurs toriques (chez Threshold-Lovers.com nous aurions tendance à préférer les transformateurs carrés !), ces commentaires ont le mérite de rappeler l’histoire de la marque.

 

L’entreprise fût rachetée en 1994 par les propriétaires actuels James JOHNSON-FLINT et Julian RICHER.

 

Voici une photo du lecteur CD de référence, le CD 1, sorti en 1985 :
.
.
.
.
Et voici une photo de l’amplificateur A75 et de son préamplificateur, sortis en 1975 :
.
.
.
.
.

 

II-PRESENTATION DU CAMBRIDGE CD3.

 

Nous allons aujourd’hui nous intéresser au lecteur CD3.

 

Dès le 1er regard, on comprend que la présentation de l’époque n’était pas orientée « esthétique » mais plutôt efficacité…

 

Par contre, les ingénieurs conduisaient des essais poussés sur le plan de la restitution musicale, dans l’objectif d’obtenir  un excellent rendu final.

Aujourd’hui hélas, tout le monde sait que l’aspect marketing et look extérieur comptent plus que le reste, et donc la performance musicale des appareils est totalement délaissée… Pour des appareils dits Hi-Fi, cherchez l’erreur…

 

Les appareils de type « CD Transport » faisaient leur première apparition à cette époque, et le constructeur PHILIPS allait rapidement s’imposer dans les mécaniques implantées à l’intérieur de ces appareils.

Revenons à notre Cambridge Audio CD3: il est miraculeusement équipé de mécanique Philips CDM1 mkII, une des meilleures qui soient…

 

Passons maintenant à la partie digitale: ici Cambridge Audio a fait preuve d’encore plus d’audace, puisque nous y trouvons non pas 1 DAC, mais 4 DACs ! Et mieux encore, ces DACs sont ce qui se faisait de mieux à l’époque, à savoir les TDA 1541A.

 

L’intérieur de l’appareil montrera ces 4 modules sur le côté.

Voici la face avant :
.
.
.
Et la face arrière :
.
.
Et enfin l’intérieur où l’on repère facilement les 4 modules TDA 1541A sur le côté gauche de la photo :
.
.
Certes le Cambridge n’est pas beau à voir, pour ne pas dire pire, mais seul le résultat musical compte, du moins pour Threshold-Lovers.
Signalons un élément important: le CD3 est équipé d’une sortie numérique, ce qui permet d’y connecter des DACs plus performants en continuant d’utiliser le CD3 comme Transport.
.
.
.
.
.
.

III-CONFIGURATION D’ECOUTE.

 

 

Comme toujours, notre protocole de test reste le même, avec la configuration que nous utilisons depuis fort longtemps.

Vous disposez ainsi d’une base stable de comparaison entre les différents appareils testés sur Threshold Lovers.

IV-ECOUTE.
.
.
L’écoute a commencé avec la sortie digitale et un câble STEREOVOX XV-Ultra de référence, qui alimentait un de nos convertisseurs de référence, à savoir l’excellentissime Theta DSPro Gen Va.
.
C’est bien le son du Theta qui inonde la pièce avec ses qualités et défauts.
Etonnant qu’une mécanique CMD1 soit aussi performante comparée à mon Krell MD10R qui dispose d’une mécanique plus moderne: la CDM4 pro.
.
C’est rapide, précis, et les aigus sont représentés parfaitement comme dans la réalité avec une certaine acidité.
La différence entre le Krell et le Cambridge est seulement une question de choix final !. Étonnant et dérangeant quand on connait l’énorme différence de prix entre les 2 appareils.
Nous avons donc là avec ce CD3,  un lecteur intégré qui peut devenir un drive performant. La mécanique Philips CDM1 confirme donc son statut de “mécanique sublime”…
.
.
Nous continuons nos écoutes en utilisant cette fois la partie DAC interne du CD3.
.
D’entrée il se passe quelque chose d’inhabituel car le son obtenu ne ressemble pas à celui d’un 1541 que nous connaissons bien et avons écouté dans plusieurs implémentations.
.
Lors de nos précédents tests, par exemple avec des lecteurs Philips de la même époque, le son obtenu était plutôt très chaleureux, un peu artificiel mais un charme plaisant.
Or ici rien de tel, le son ressemble à celui du Theta mais avec des fins de notes plus prononcées, et un “grip” dévastateur (sous bassement présent et ultra performant), qui génère une plénitude similaire à celle que l’on ressent lorsque l’on écoute un grand orchestre de très près.
.
C’est presque humiliant pour les autres produits testés dans le passé !
.
Terminons ces écoutes comparatives avec un DAC Audio Research… auquel il a mis une mémorable raclée ! si, si…
La comparaison sera donc, vous l’aurez compris, souvent à l’avantage du Cambridge.
.
.
.

V-CONCLUSION.

.

.

Je dois avouer que j’ai eu du mal à accepter que ce lecteur grisâtre et moche soit aussi performant !

Il est presque équivalent à un KRELL MD10-R pour ce qui est de sa section Transport, et aussi bon que le Theta DS Pro Gen-Va en intégré !

Plus, je l’écoute et plus je confirme mes dires: une prouesse totalement inattendue…

 

Bien sûr, nous nous demandons donc pourquoi les produits actuels de chez Cambridge Audio ne sont pas de cette veine ? Le Marketing et le Directeur financier auraient-ils tué le savoir faire de la marque ?

En tout cas une chose est sure: c’est un lecteur à choisir le long terme, il est ultra-performant et pas démodé du tout, sauf… au niveau de son “look” aussi moche que ce que ses qualités musicales sont élevées !

 

Points positifs:

 

  • technique de pointe (4 Dacs)
  • rendu sonore enthousiasmant
  • son qui n’est pas celui du 1541
  • performance stratosphérique versus les matériels actuels
  • pas cher en occasion

 

Points négatifs:

 

  • pas beau du tout (même carrément moche…)
  • mécanique CDM1 excellente mais assez difficile à trouver
  • plus de SAV officiel bien évidemment

 

Article écrit par Florent – Juin 2018